NATACHA TERTONE

INTERVIEW NATACHA TERTONE


BIOGRAPHIE

(artiste)

Après un premier album en 2000 qui lui permit entre autres de jouer au Festival des

Inrocks, de recevoir le Fair 2002, Natacha connu quelques tuiles, dont la disparition de

son label lillois « B Pourquoi B ? »… Elle mit sa carrière en suspens.

 

 

JEANCRISTOPHE VU PAR NATACHA TERTONE


Comment vous êtes-vous rencontrés ?

J’ai rencontré l’un des deux il y a bien longtemps, dans une autre vie tant pour lui que pour moi. Pour être plus précise, ça se chiffre désormais en décennies : ça pourrait passer pour un coup de vieux si je n’avais pas rencontré L’autre, précisément, il y a bien moins longtemps, alors qu’il venait juste de naître. Si, si. Bref, avant de Le rencontrer, je travaillais avec lui dans un plaisir infini souvent et aussi dans quelques unes des plus sombres heures de nos existences mutuelles : il a donné forme à mes pensées musicales les plus tordues et je ne l’en remercierai jamais assez.

Quel regard avez-vous sur le tout premier album de jeancristophe ?

Je me suis réjouie de le voir accoucher (il appréciera la métaphore, c’est certain !) : qu’il s’accorde à lui-même un peu de sa générosité a permis de libérer quelques pierres précieuses, brutes parfois mais pas nécessairement à polir/policer. Il était temps !

 

Et en quelques mots sur l’œuvre de Jeancristophe ?

Intraitable vérité, entièreté mordante, pas de place pour la frilosité et la médiocrité : j’adhère.

 

MA VIE EN ROSE

Comment envisagez-vous votre rôle/place sur le nouvel album de Jeancristophe ?

Je l’envisage comme une grande chance : participer avec autant de liberté à ce projet où l’on m’a accueillie avec autant d’amour, c’est un grand bonheur. Je me suis littéralement régalée de tout ce que Jeancristophe m’a offert à vivre à ses côtés à travers cette aventure. Ce n’est pas rien d’être « sa muse-égérie »… Et j’aime croire qu’en retour je l’ai conforté, ne serait-ce qu’un peu, dans la liberté qu’il s’octroyait à lui-même, l’absence de limites à la créativité. Enfin, peut-être ?

Quels liens entretenez-vous avec les chansons pour lesquelles vous prêtez votre voix ?

Ce sont des sortes de petits salons très confortables, avec fauteuils en velours molletonné, richement colorés, dans lesquels on se sent tellement bien qu’on n’a pas envie de les quitter. Ou alors une pantoufle de vair qui m’irait si bien qu’elle me transformerait en superhéroïne. Et puis quelques friandises acidulées aussi :)

Y a-t-il un titre de l’album dont vous aimeriez parler, qui vous touche particulièrement ?

Impossible de ne parler que d’un titre, chacun d’entre eux touche d’une manière si particulière une part de moi, différente et différemment. Ce sont des extraits de Jeancristophe lui-même qu’on y trouve, un peu comme des huiles essentielles, des concentrés de sa si touchante et merveilleuse personne.

Loading