Natacha Tertone


Voici des (longs) extraits de l’album de Natacha Tertone (Natacha m’amuse et j’ai ri), Le grand déballage (*).

Je ne m’explique toujours pas qu’un jour Natacha soit venue me trouver pour me demander d’être son directeur artistique : je faisais « à l’époque » tout bien comme il fallait, propre et tout et tout… et elle voulait du sale et du défaut… Je voulais de la rigueur et de la conceptualisation irréprochable, elle voulait du bidouillage et de l’accident, je voulais des harmonies parfaites et un quatuor à cordes, elle voulait des accords improbables et des piles pour son synthé tout neuf qu’elle venait d’acheter 3F50 sur une brocante. Je ne comprenais rien… et puis finalement, je crois comprendre qu’elle avait compris que j’allais comprendre ce qu’elle comprenait sans vraiment le comprendre, et surtout sans me comprendre moi-même… Et on s’est compris, même si j’ai l’étrange impression que je commence seulement à le comprendre. Cet album m’a probablement transformé, ou réveillé, à moins que ce ne soit juste Natacha. C’est en tout cas l’album le plus … le plus je ne sais pas quoi, mais le plus de tous ceux que j’ai enregistrés.

Si vous souhaitez vous procurer ce disque (désormais introuvable même chez les bons disquaires), envoyez-moi un mail que je transmettrai à Natacha. Il lui en reste quelques exemplaires.

Paroles et Musiques : Natacha TERTONE, sauf « Oui mais… », musique Natacha Tertone, Philippe Mathieu et Bruno Mathieu.


* : avec Bruno Mathieu aux batteries, percussions, basse, guitare et métallophone, et Philippe Mathieu aux guitares et basses. Natacha jouait les claviers, orgues, concertina, elle a joué de la basse aussi, pour la première fois, et puis a bidouillé. J’ai quant à moi joué du vibraphone et assuré la direction artistique. L’album a été enregistré au studio du Bras d’Or (Boulogne sur mer) par Bruno Dupont et David Laurent, sauf Le désamour que j’ai mixé moi-même. Album produit par B pourquoi B ?